Jean Lassègue – Compte-rendu de ‘Mathématiques et sciences de la nature ; la singularité physique du vivant’, de Francis Bailly et Giuseppe Longo

F. Lordon & A. Orléan – Genèse de l’Etat et genèse de la monnaie : le modèle de la Potentia Multitudinis
17 décembre 2006
Alain Herreman – Découvrir et transmettre : la dimension collective des mathématiques dans Récoltes et semailles d’Alexandre Grothendieck
19 décembre 2006
Tout montrer

Jean Lassègue – Compte-rendu de ‘Mathématiques et sciences de la nature ; la singularité physique du vivant’, de Francis Bailly et Giuseppe Longo

J. Lassègue
CNRS, CREA-École polytechnique

Télécharger le PDF

 

Le livre de F. Bailly et G. Longo cherche à ouvrir de nouvelles pistes de recherche en biologie théorique en proposant de nouveaux principes d’intelligibilité propres aux phénomènes biologiques. Cette enquête passe, pour les auteurs, par un vaste examen de nature épistémologique sur les rapports que doit entretenir la biologie avec les mathématiques, l’informatique et la physique. Se situant dans la lignée de physiciens tels que Schrödinger qui, en 1944, se lança dans une enquête de nature biologique sur ce qui allait devenir la notion d’information génétique, les auteurs considèrent qu’il est nécessaire, pour proposer de nouveaux modes d’intelligibilité pour la biologie, de préciser les liens qui l’unissent aux autres sciences de la nature ainsi qu’aux mathématiques et à l’informatique. L’éclaircissement de ces rapports aura non seulement pour conséquence de faire accéder le lecteur à un point de vue original sur ce qui unit fondamentalement mathématiques, informatique et sciences de la nature mais aussi de lui faire percevoir que cette épistémologie théorique participe d’un mouvement de grande ampleur qui vise à en finir avec un modèle étroitement réductionniste de la cognition naturalisée, que les auteurs jugent complètement dépassé du point de vue même des sciences de la nature.

 

Comments are closed.