Prochaine séance : Giovanni Kezich

Intervention de Giovanni Kezich (Professeur invité à l’EHESS – Trentino Folklife museum, San Michele all’Adige) 

« Pastoral graffiti : the valley of Fiemme and its wealth of shepherds rock paintings (1550-1950) »
Argumentaire

In a remote cluster of rock sites in the heart of the Dolomites, generations of shepherds have left their red graffiti at the foot of overhanging cliffs numbering at around 50,000 single instances over a time span ranging from 1550 to about 1950. A complete survey of the writings explains the connection between this kind of modern pastoral graffiti and the most ancient conventions of this art.

Infos pratiques (Jeudi 15 mars 2018, Salle des artistes)

Journée d’étude internationale

« L’expérience esthétique et la « praxis » : perception, imagination et atmosphères »

Dans le cadre des activités du séminaire, le 22 mars prochain aura lieu une journée d’étude à la croisée entre esthétique, sémiotique et anthropologie.

Parmi les conférenciers extérieurs invités figurent Tonino Griffero, spécialiste des notions d’atmosphère et d’ambiance, Alessandro Bertinetto, philosophe de la musique et de l’improvisation, et Georg W. Betram, philosophe de l’art et représentant de la « nouvelle esthétique allemande ».

Infos pratiques ci-dessous :

 

Institut des Systèmes Complexes de Paris Île de France

113 rue Nationale, 75013 Paris
Entrée libre

Prochaine séance : Antonino Bondì

Intervention d’Antonino Bondì (ICAR-ENS Lyon/LIAS-IMM/EHESS PARIS

« Normativité et expérience perceptive : un entrelacs »
Infos Pratiques
Argumentaire

Toute activité humaine est de part à part imprégnée de normes (légales, morales, scientifiques, esthétiques et plus largement culturelles). Les normes ‘disent’ ce que nous devons faire et comment, orientent nos jugements et appréciations, mobilisent sous des guises différentes et plus ou moins cohérentes l’économie et l’écologie des valeurs socioculturelles. Ainsi, en dynamisant l’espace commun, elles déploient les registres sensibles de l’agir social qui se stabilise et se réarticule dans des milieux culturels et opérationnels stratifiés et hétérogènes. Dans ce cadre, les sujets (ou les groupes) sont en mesure de reconnaître l’action corporelle et sociale dans un monde qui est à la fois familier ou dépaysant, rationnel ou incongru, partagé ou idiosyncratique mais aussi inacceptable ou inhumain. Depuis des années la question de la normativité est au cœur des débats importants en philosophie de l’action et du langage, en philosophie de l’esprit et de la psychiatrie. Cependant, une interrogation plus spécifique sur la nature et la fonction des normes dans l’expérience perceptuelle exige de poursuivre l’effort théorique et l’exposé cherchera à formuler certaines questions et approfondir des pistes de travail : que peut vouloir dire l’expression de « norme perceptive » ? Il s’agit d’une notion qui n’est pas exempte d’ambiguïté, car elle semble indiquer à la fois une norme en tant que perçue qu’une norme pour la perception. En effet, est-ce quelque chose que nous percevons ou plutôt quelque chose qui guide et oriente notre perception sans que l’on s’en aperçoive ? Y-a-t-il plusieurs typologies de normes perceptuelles selon les types d’activités que nous réalisons (pratiques, théoriques, etc.) et, si oui, selon quels critères les différencions-nous ? La question des sources devient ainsi pertinente : d’où viennent ces normes ? Devrions-nous les considérer comme a priori ou a posteriori ? Sont-elles mieux comprises en tant que capacités intellectuelles ou incarnées ? L’exposé se concentrera sur le débat en philosophie de de la perception et l’esprit, afin de dégager quelques suggestions théoriques.