Emanuela Guano

Intervention d’Emanuela Guano (Department of Anthropology, Georgia State University)

« Creative Urbanity: Revitalization, Precariousness, and Hope in a Postindustrial City »
Argumentaire

Over the last several decades, the neoliberal valorization of urban aesthetics has become pivotal to the attempt to boost a local economy of tourism in many of Europe’s postindustrial cities. While much urban studies literature represents this process as a top-down intervention with invariably negative social ramifications, this paper draws on over 10 years of ethnographic research conducted in Genoa, Italy, to explore how members of an Italian educated, though largely precarious, middle class carved niches of meaningful self-employment at the margins of urban revitalization. By analyzing the affective bearing of neoliberal urbanism and the agency of under- and unemployed middle class individuals in re-making the city, this paper provides a template for the exploration of revitalization in postindustrial cities that foregrounds forms of grassroots participation in a rapidly rising tourist and culture industry. It also argues for a contextual approach to neoliberalism as well as an under­standing of Europe’s urban cultures that adds nuance to the assessment of city-based consumption prevailing in urban political economy.

Infos pratiques : (Jeudi 7 juin 2018, Salle des artistes)

Alessandro Sarti

Intervention d’Alessandro Sarti (CNRS-CAMS/EHESS)

« Introduction aux morphodynamiques post-structurelles »
Argumentaire

On présentera le concept d’hétérogènese différentielle, au sein d’un cadre théorique/mathématique permettant d’envisager le/un devenir des formes singulières à partir d’une distribution d’opérateurs différentiels hétérogènes. Contrairement au calcul différentiel utilisé en physique mathématique, l’hétérogenèse repose sur l’agencement de contraintes différentielles, distinctes ‘point par point’ et changeant dans le temps. Les dynamiques qui en sortent ne peuvent pas être conçues dans le cadre de la physique et de la morphodynamique structurelle, d’où leur impact considérable sur les sciences de la vie et sur les sciences de l’homme.

Infos pratiques : (Jeudi 17 mai 2018, Salle des artistes)

Yves-Marie Visetti

Intervention d’Yves-Marie Visetti (LIAS)

« Motifs et motivations : encore un effort… »
Argumentaire

Dans notre Théorie des formes sémantiques (2001), nous avions introduit une certaine notion, spécifiquement linguistique, de motif, présentée comme « phase du sens » dans le cadre d’une théorie du champ sémantique.

On présentera ici quelques éléments venant à l’appui d’une possible extension et approfondissement de la notion, entendue cette fois comme une structure tout à fait générale de la perception et de l’agir sémiotiques, pièce d’une esthétique modale et d’une proto-éthique transversale à divers champs. S’exprimant dans le retour de gestes et de formes plastiques, sonores, langagières, le motif, à la fois singulier et répétable, croise en lui les dimensions de la force et de la valeur, celles aussi de la reprise/relance et de la typicité/variabilité (sous l’horizon d’une possible systématicité). Présente de façon éparse seulement dans la phénoménologie merleau-pontienne, cette notion demande à être mieux élaborée, et si possible théorisée sur un mode dynamiciste, à la mesure des répétitions et des ruptures inhérentes aux procès de valorisation, de transmission, de formation et d’enrôlement réciproques des « signes » (i.e. des jeux sémiotiques) et des « sujets ».

Infos pratiques :(Jeudi 3 mai 2018, Salle 651, 54, bd Raspail, 75006 Paris

Giovanni Kezich

Intervention de Giovanni Kezich (Professeur invité à l’EHESS – Trentino Folklife museum, San Michele all’Adige) 

« Pastoral graffiti : the valley of Fiemme and its wealth of shepherds rock paintings (1550-1950) »
Argumentaire

In a remote cluster of rock sites in the heart of the Dolomites, generations of shepherds have left their red graffiti at the foot of overhanging cliffs numbering at around 50,000 single instances over a time span ranging from 1550 to about 1950. A complete survey of the writings explains the connection between this kind of modern pastoral graffiti and the most ancient conventions of this art.

Infos pratiques (Jeudi 15 mars 2018, Salle des artistes)

Journée d’étude internationale

« L’expérience esthétique et la « praxis » : perception, imagination et atmosphères »

Dans le cadre des activités du séminaire, le 22 mars prochain aura lieu une journée d’étude à la croisée entre esthétique, sémiotique et anthropologie.

Parmi les conférenciers extérieurs invités figurent Tonino Griffero, spécialiste des notions d’atmosphère et d’ambiance, Alessandro Bertinetto, philosophe de la musique et de l’improvisation, et Georg W. Betram, philosophe de l’art et représentant de la « nouvelle esthétique allemande ».

Infos pratiques ci-dessous :

 

Institut des Systèmes Complexes de Paris Île de France

113 rue Nationale, 75013 Paris
Entrée libre

Antonino Bondì

Intervention d’Antonino Bondì (ICAR-ENS Lyon/LIAS-IMM/EHESS PARIS

« Normativité et expérience perceptive : un entrelacs »
Infos Pratiques
Argumentaire

Toute activité humaine est de part à part imprégnée de normes (légales, morales, scientifiques, esthétiques et plus largement culturelles). Les normes ‘disent’ ce que nous devons faire et comment, orientent nos jugements et appréciations, mobilisent sous des guises différentes et plus ou moins cohérentes l’économie et l’écologie des valeurs socioculturelles. Ainsi, en dynamisant l’espace commun, elles déploient les registres sensibles de l’agir social qui se stabilise et se réarticule dans des milieux culturels et opérationnels stratifiés et hétérogènes. Dans ce cadre, les sujets (ou les groupes) sont en mesure de reconnaître l’action corporelle et sociale dans un monde qui est à la fois familier ou dépaysant, rationnel ou incongru, partagé ou idiosyncratique mais aussi inacceptable ou inhumain. Depuis des années la question de la normativité est au cœur des débats importants en philosophie de l’action et du langage, en philosophie de l’esprit et de la psychiatrie. Cependant, une interrogation plus spécifique sur la nature et la fonction des normes dans l’expérience perceptuelle exige de poursuivre l’effort théorique et l’exposé cherchera à formuler certaines questions et approfondir des pistes de travail : que peut vouloir dire l’expression de « norme perceptive » ? Il s’agit d’une notion qui n’est pas exempte d’ambiguïté, car elle semble indiquer à la fois une norme en tant que perçue qu’une norme pour la perception. En effet, est-ce quelque chose que nous percevons ou plutôt quelque chose qui guide et oriente notre perception sans que l’on s’en aperçoive ? Y-a-t-il plusieurs typologies de normes perceptuelles selon les types d’activités que nous réalisons (pratiques, théoriques, etc.) et, si oui, selon quels critères les différencions-nous ? La question des sources devient ainsi pertinente : d’où viennent ces normes ? Devrions-nous les considérer comme a priori ou a posteriori ? Sont-elles mieux comprises en tant que capacités intellectuelles ou incarnées ? L’exposé se concentrera sur le débat en philosophie de de la perception et l’esprit, afin de dégager quelques suggestions théoriques.