Antonino Bondì, « Invention et interprétation(s) entre imagination sémiotique et imaginaire »

Résumé

Dans cet exposé je focaliserai les liens entre invention et interprétations, que je propose d’analyser comme deux opérations sémiotiques (et plus largement anthropologiques), à l’œuvre dans différents dispositifs et régimes culturelles de gestion du sens. En nous appuyant sur la distinction de Yves Citton entre économies de la connaissance vs cultures de l’interprétation, nous montrerons la valeur prototypique du geste inventif, qui traverse toute praxis et se déploie comme une interprétation sémiotique généralisée orientée toujours vers les virtualités des objets et permettant une double actualisation des sujets (et des groupes sociaux) et des milieux de culture.

Vidéos :

Pierre Boudon, « Un dispositif de catégorisation à la base d’un processus sémiotique d’agrégation »

Pierre Boudon – L.E.A.P (Laboratoire d’Étude de l’Architecture Potentielle), Université de Montréal

Dans une étude précédente, La question du genre comme nœud de relations sémantiques, nous avons associé étroitement la notion de « catégorisation » et celle de « classification ». Sans remettre totalement en cause cette association : « catégoriser, c’est classer », nous voudrions à nouveau réévaluer ce rapport en l’ouvrant en particulier à d’autres considérations puisque celui-ci dépend d’un autre, plus profond, entre déterminisme et indéterminisme (ou, en termes sémiotiques, « reproduction » d’un système de valeurs et « innovation » en tant que modification et/ou changement) […]

Télécharger le texte intégral en format PDF

Johann Michel, « Quand le social vient au sens ; Philosophie des sciences historiques et sociales »

L’objectif de la communication est de proposer une réflexion sur la « voie longue » de l’herméneutique, en reconnaissant la doublure de l’acte d’interpréter à la fois comme pratique ordinaire au plan anthropologique et comme activité scientifique au plan épistémologique.
L’exposé porte surtout sur les modalités ordinaires d’interpréter dans la possibilité de construire une anthropologie sociale et philosophique.

Vidéos :

Michael Lainé, « Aux confins de la raison : analogies et émotions dans les anticipations en incertitude ; actualité de Keynes »

Résumé

Les théoriciens de l’école classique ressemblent à des géomètres euclidiens qui, se trouvant dans un monde non euclidien et constatant qu’en fait les lignes droites qui semblent parallèles se coupent fréquemment, reprocheraient aux lignes leur manque de rectitude ». On aurait aimé que ces propos de Keynes perdent de leur brûlante actualité. Huit décennies plus tard, les théoriciens de l’école (néo)classique reprochent aux individus réels leur manque de rectitude rationnelle, rectitude assimilée à l’usage inconscient du calcul probabiliste bayesien.

Philosophe devenu économiste, Keynes fut l’auteur d’une thèse sur le raisonnement en incertitude saluée par Bertrand Russell et Emile Borel. Si c’est l’économiste qu’a retenu la postérité, le philosophe ne mérite pas moins d’attention. Il ne s’agit pas là d’une déplorable poussée d’acnée de sa pensée : l’incertitude radicale, non probabilisable, se situe au coeur de l’économie monétaire de production qu’il propose. Sans elle, il n’y aurait pas de monnaie. Ce n’est pas un hasard si les modèles dominants de l’école néoclassique ne comportaient, jusqu’à très récemment, pas de banque ou de secteur financier à proprement parler.

Ce séminaire se fixe pour objectif un examen approfondi des vues de Keynes sur l’anticipation en incertitude radicale. Il s’autorisera quelques glissements vers l’actualité de la recherche afin de montrer combien sa pensée permet d’éclairer les débats de l’heure.

Féroce contempteur des limites du calcul probabiliste, Keynes élabora une théorie de l’anticipation inductive à caractère analogique qui continue d’inspirer philosophes et psychologues, quoiqu’elle soit méconnue des économistes. Il la compléta par des analyses du rôle d’un instinct ancré dans les émotions (les « esprits animaux ») et des conventions, toutes dimensions du raisonnement humain que l’on aurait tort de réduire à de l’irrationalité pure et simple. Ainsi, c’est à dégager quelques pistes pour élaborer une théorie alternative de l’anticipation que convie ce séminaire.

Valeria De Luca, « Le tango argentin en tant que forme »

Présentation de la thèse de doctorat (CeReS – Université de Limoges)

Dans cet exposé, qui constitue une première ébauche de notre travail de thèse sur le tango argentin abordé d’un point de vue sémiotique, nous souhaitons souligner la complexité et l’hétérogénéité du tango en tant que forme signifiante, s’étayant sur plusieurs niveaux à la fois que l’on peut résumer comme suit : corporel, pratique, identitaire.

Nous nous efforcerons de montrer comment différentes approches disciplinaires du tango affichent une indécision sémantique concernant la signification et les usages du mot tango même, à partir desquels une véritable invention des origines et plusieurs généalogies ont été bâties.

Dès lors, à partir de différentes sources disponibles (contributions disciplinaires diverses, sources textuelles produites à l’intérieur du milieu du tango, etc.), nous essayerons d’interroger le statut de la forme symbolique tango, de sa déclinaison corporelle à son investissement identitaire, afin de comprendre si et comment on peut tenir ensemble un regard sémiogénétique de l’émergence des formes avec un regard syntagmatique de leur déploiement.

Continuer la lecture de « Valeria De Luca, « Le tango argentin en tant que forme » »

Philipp Krämer, « Un phonème peut-il être une forme symbolique? Contacts et changements linguistiques – du portugais des Açores à l’essor du R uvulaire en Europe »

Résumé

L’interpénétration des langues romanes et germaniques en Europe est plus profonde qu’on ne le croit. Au niveau phonologique, on remarquera la présence des voyelles antérieures arrondies /y, ø, œ/ dans une multitude de langues et dialectes romans bien que ce phénomène soit plus typiquement répandu dans les langues germaniques.

Inversement, aujourd’hui encore, on assiste à la diffusion croissante du /R/ uvulaire, initialement réservé au français, dans les sphères romane aussi bien que germanique.

Comment expliquer ces phénomènes inhabituels ? En partant de l’hypothèse du feature pool, conception développée dans l’étude des langues créoles, on a les moyens d’analyser ces développements historiques avec un modèle qui arrive à concilier aussi bien des processus de contacts linguistiques que des changements internes du système grammatical ou phonologique.

Dans ce modèle, la réalité sociale est au centre de la réflexion car l’émergence ou l’entrée d’un nouveau trait structurel peut s’expliquer par la valeur socio-indexicale du phénomène en question. C’est à partir de cette signification sociale accrue des deux types de phonèmes qu’on peut faire un lien entre la phonologie socio-dialectale comparée et la notion du langage comme forme symbolique.

Benoît Grévin, « La langue symbole d’elle-même »

La langue symbole d’elle-même ? Formalisation linguistique, fonctionnalisme et symbolisation du langage dans les sociétés traditionnelles à « écrit complexe hérité » (Occident-Orient, IVe-XVe s.)

Benoît Grévin, CNRS-LamoP
(Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris), UMR 8589

Les cultures linguistiques tardo-antiques et médiévales sont marquées par une complexité due aux caractéristiques des sociétés qui les abritent. Participant encore pleinement, par de nombreux aspects, d’une vision performative de la langue en tant que miroir du divin et instrument magique, elles n’en possèdent pas moins également de profondes spécificités, liées à la complexification de pratiques de l’écrit stratifiées, conjuguant le maintien d’héritages antiques et la création d’outils spécifiques.

En reprenant certains des problèmes soulevés dans l’essai de comparatisme Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen du langage (Paris, Le Seuil, L’univers historique, 2012), on tentera de donner une idée des possibilités de réfléchir à nouveaux frais sur des pratiques et sur des idées trop souvent lues à l’aune téléologique du dévoilement progressif des modernités qu’offre un comparatisme des différentes aires culturelles eurasiatiques au long du millénaire médiéval.

Continuer la lecture de « Benoît Grévin, « La langue symbole d’elle-même » »

Robert Jacob, « La grâce des juges »

Présentation de l’ouvrage

Comment comprendre le halo de sacralité qui entoure aujourd’hui encore la pratique de la justice ? Comment s’explique le fossé qui sépare la conception de la fonction de juger en Occident et dans d’autres cultures, comme celle de la Chine ? Quelle est l’origine de l’écart qui s’est creusé entre les justices de common law et celles de l’Europe continentale, jusque dans la construction de la vérité judiciaire ?

À ces questions, ce livre cherche des réponses dans l’histoire des articulations entre justices humaines et justice divine au sein même de la pratique des procès. En Occident, elles sont passées par deux phases. La première fut d’instrumentalisation. La christianisation des ordalies permettait de solliciter directement de Dieu le jugement des causes. La seconde fut d’imitation. À partir du Moyen Âge central, les hommes allaient assumer seuls la charge du jugement. Mais jamais ils ne perdirent de vue l’exigence de perfection que leur imposait la référence à l’idéal d’une justice absolue.

L’ouvrage entreprend de dénouer les fils de cette histoire, en même temps qu’il l’éclaire du dehors en l’inscrivant dans une ample anthropologie comparative des rituels judiciaires.

Continuer la lecture de « Robert Jacob, « La grâce des juges » »