Marielle Macé – Formes de vie, conviction d’égalité

Nicole Perret – Téléologie et connaissance en biologie : une enquête constructiviste et symbolique
11 avril 2017
Mauricio Hernández – Médiatisation technologique et voix du réel Une anthropologie historique du regard — de la trace à l’écran
29 avril 2017
Tout montrer

Marielle Macé – Formes de vie, conviction d’égalité

Quand :
27 avril 2017 @ 17 h 00 min – 19 h 00 min
2017-04-27T17:00:00+02:00
2017-04-27T19:00:00+02:00

Si toute vie exige considération, ce n’est pas parce qu’elle est unique, même si évidemment elle l’est,c’est parce qu’elle est égale. Or tout se passe, notamment dans la situation actuelle faite aux migrants et devant les vies perdues en Méditerranée, comme si nous considérions que certaines vies ne sont pas tout à fait pleurables. Et si l’on considère qu’elles ne sont pas tout à fait pleurables, c’est parce qu’on semble les regarder comme pas tout à fait vivantes, et même déjà un peu mortes — leur perte n’ouvrant pas à la possibilité du deuil, a fortiori du deuil collectif et public. C’est une idée exorbitante mais très active ; nous avons à la traquer jusqu’à l’intérieur de nous, à nous en « décoloniser », au profit d’une conviction réelle, c’est-à-dire réellement éprouvée, de l’égalité des vies — vies également pleurables, vies également vécues.

Cette conviction s’entend avant tout juridiquement. Mais il y a aussi une intention théorique, et par ailleurs un espace esthétique, qui prennent cela en charge, avec un éclat et une constance toutes particulières aujourd’hui. Cette intention, c’est la volonté de s’intéresser dans les vies à leurs formes, à tout ce qu’il y entre de formes, singulières mais impropres (régimes d’existence, habitudes, habitats, rythmes, gestes, modes relationnels…). Et cet espace esthétique, qui en est solidaire, c’est le documentaire. À travers une évocation des propositions que je tente dans Styles. Critique de nos formes de vie (Gallimard, 2016), et de Fuocoammare (2016), ce documentaire de Gianfranco Rosi consacré à Lampedusa, j’essaierai de montrer que l’attention patiente, vigilante, déclose, mais aussi critique aux formes de vie — aux formes réellement prises par les vies, dans leur pluralité indocile et rétive — soutient par définition la conviction de leur égalité, et peut participer à soulever en nous l’exigence résolue de l’accueil.

Comments are closed.